La loi 39/2015, du 1er octobre, sur la procédure administrative commune des administrations publiques, n'a pratiquement pas modifié le régime de la procédure d'information publique par rapport à celui prévu par la loi 30/1992, du 26 novembre, de régime juridique de les administrations publiques et la procédure administrative commune. La seule nouveauté est la disposition selon laquelle le dossier doit également être présenté par voie électronique, dans le siège électronique correspondant.

Le problème réside dans la manière d'effectuer cette procédure par voie électronique. À cet égard, il est nécessaire de garder à l'esprit certains problèmes d'organisation précédents :

  • Il faudra activer des espaces où vous pourrez avoir des écrans pour pouvoir consulter le dossier correspondant, en plus de mettre ces informations dans le dossier citoyen correspondant.
  • Le besoin d'anonymisation doit être gardé à l'esprit, si nécessaire; Pour cette raison, à notre avis, il n'est pas envisageable de mettre l'outil de gestion des dossiers de chaque administration directement à la vue du public, mais de montrer une vue du dossier le plus convivial, qui comprend toute la documentation et les informations nécessaires pour pouvoir consulter le dossier dans son intégralité.
  • Dans le cas où l'Administration n'aurait pas pu développer cette fonctionnalité de l'audition, une option serait d'accompagner l'intéressé dans cette procédure d'information du public, en montrant directement les pièces du dossier électronique, après anonymisation des données nécessaires.
Contexte juridique

Loi 39/2015

Article 82. Procédure d'audition .

« 1. Une fois les poursuites engagées, et immédiatement avant l'élaboration du projet de résolution, elles sont portées à la connaissance des parties concernées ou, le cas échéant, de leurs représentants, à cette fin elles sont prises en compte dans les limites prévues par dans la loi 19/2013, du 9 décembre.

L'audition des intéressés doit être préalable à la demande de rapport de l'organe compétent d'avis juridique ou à la demande d'avis du Conseil d'État ou organe consultatif équivalent de la Communauté autonome, dans le cas où ceux-ci font partie de la procédure.

2. Les intéressés peuvent, dans un délai d'au moins dix jours et d'au plus quinze jours, alléguer et présenter les documents et justifications qu'ils jugent pertinents.

3. Si, avant la date limite, les parties intéressées expriment leur décision de ne pas faire d'allégations ou de fournir de nouveaux documents ou justifications, la procédure sera considérée comme terminée.
4. La procédure d'audition peut être supprimée lorsqu'aucun autre fait ou allégation ou preuve autre que ceux apportés par l'intéressé n'est inclus dans la procédure ou pris en compte dans la décision.

5. Dans les procédures de responsabilité patrimoniale visées à l'article 32.9 de la loi sur le régime juridique du secteur public, il est nécessaire dans tous les cas d'entendre le contractant, qui doit être informé de toutes les actions qui conduisent à la procédure, aux fins de la personne qui y comparaît, indique ce qui convient à son droit et propose tous les moyens de preuve qu'il juge nécessaires.

Article 83. Information du public.

" 1. L'organe chargé de résoudre la procédure, lorsque la nature de la procédure l'exige, peut convenir d'une période d'information publique.

2. A cet effet, un avis est publié au journal officiel correspondant afin que toute personne physique ou morale puisse prendre connaissance du dossier, ou de la partie du dossier convenue.

L'annonce doit indiquer le lieu d'exposition, et en tout cas doit être disponible pour ceux qui en font la demande par voie électronique dans le siège électronique correspondant, et doit déterminer le délai de formulation des allégations, qui ne peut en aucun cas être inférieur à vingt jours.

3. La non-comparution dans cette procédure n'empêche pas les parties intéressées de déposer les recours appropriés contre la résolution finale de la procédure.

La comparution à la procédure d'information du public ne confère pas, en soi, la qualité d'intéressé. Cependant, ceux qui soumettent des allégations ou des commentaires dans ce processus ont le droit d'obtenir une réponse motivée de l'administration, qui peut être commune à toutes les allégations qui soulèvent essentiellement les mêmes questions.

4. Conformément aux dispositions de la loi, les administrations publiques peuvent établir d'autres formes, moyens et parcours de participation des personnes, directement ou par l'intermédiaire d'organisations et d'associations reconnues par la loi, dans la procédure d'émission des actes administratifs. . "
Solutions connexes


Réalisé par Zendesk